Leaf

CODE D'ÉTHIQUE

Code d’éthique du praticien chamanique

Le praticien chamanique est défini comme toute personne qui utilise une technique visant à atteindre un état de conscience modifié et travaille sur un tiers.


Principes

Respect des droits de la personne

Le praticien chamanique exerce son activité dans le respect des droits fondamentaux des personnes définis dans les législations en applications. Il est notamment attentif au respect de leur dignité, leur liberté et leur protection.
Il n’intervient qu’avec le recueil du consentement libre et éclairé des personnes concernées. Le praticien préserve la vie privée des personnes en garantissant le respect du secret concernant les informations qu’il aura recueillies dans le cadre de sa pratique, y compris entre collègues. Il respecte le principe fondamental que nul n’est tenu de révéler quoi que ce soit sur lui-même.


Responsabilité

Le praticien chamanique, en plus des responsabilités définies par la loi commune, a une responsabilité due à la spécificité de sa pratique. Il doit respecter dans chacune de ses interventions les règles du présent code.


Non-ingérence

Le principe de non-ingérence se décline dans tous les domaines.

Non-ingérence spirituelle : Dans le cadre de sa pratique, le praticien chamanique s’interdit d’exercer une pression quelconque sur les croyances de ses clients, sur leurs certitudes personnelles ou sur leur vie privée. Il se doit d’incarner une attitude de neutralité et de bienveillance.

Non-ingérence thérapeutique : La pratique chamanique n’est pas une pratique médicale, néanmoins sa finalité peut être thérapeutique. Dans le cadre de sa pratique, le praticien chamanique se doit de ne pas statuer sur les autres actions thérapeutiques et médicales en cours sur un client qui se présente à lui. Il ne doit en aucun cas conseiller ou inciter le client à modifier son comportement vis-à-vis d’une prescription quelconque, ni la dénigrer.


Consentement libre et éclairé

Le praticien chamanique ne doit en aucun cas intervenir sur un tiers sans son consentement libre et éclairé. Le consentement doit être libre, c’est-à-dire en l’absence de contrainte et éclairé, c’est-à-dire précédé par une information.


Respect du but assigné

Les méthodes et techniques appliquées par le praticien chamanique répondent aux motifs de ses interventions et seulement à eux. Ces motifs peuvent être la demande spécifique de la personne ou découler des informations que le praticien chamanique a pu recueillir. Il se garde le droit de ne pas intervenir quand la demande du client est en opposition avec ce que le praticien chamanique a pu comprendre des symptômes du client.


Probité

Le praticien chamanique fait de l’intégrité, de l’honnêteté et de l’incorruptibilité les vertus de son travail. Il a le devoir de s’y référer constamment.


Formation et diffusion de la pratique chamanique


Formation à la pratique chamanique

Les praticiens chamaniques ne reconnaissent comme seule formation, que celle transmise par le monde des esprits. Il n’est reconnu aucune initiation ou enseignement autre que ceux délivrés par les esprits.
La reconnaissance en tant que chamane se fait à travers la reconnaissance des résultats concrets sur les clients et par ceux-ci seulement.

L’adhésion au présent code n’est en aucun cas une reconnaissance en tant que praticien chamanique.


Diffusion de la pratique chamanique

Le praticien chamanique n’incite à aucune pratique, aucun régime alimentaire, mode de vie et en aucun cas à la consommation de stupéfiant ou de plantes psychotropes qu’il interdit dans toutes les activités qu’il propose.
Il n’enseigne pas une prophétie, n’encourage pas de croyance et ne fait pas de prosélytisme.
Il ne refuse pas à ses clients un soin sur des prétextes tels que leurs croyances religieuses ou le fait qu’ils rencontrent d’autres praticiens.
Il ne doit pas avoir recours aux techniques de manipulations, d’embrigadement, ou de l’usage d’un statut d’autorité. Aussi le lien entre le client et le praticien ne doit pas être familial, professionnel ou hiérarchique.